Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vainqueur en octobre dernier de la précédente édition, le suédois Lucas ERIKSSON (Riwal Cycling Team) a apposé ce samedi pour la deuxième fois son nom au palmarès du Circuit des Ardennes International.

Partie depuis la place de l'hôtel de ville de Mézières sous le coup de midi, la quatrième étape ''trophée CERAMIC ARDENNE-Espace AUBADE'' parrainée également par ARDENNE METROPOLE est partie sur les chapeaux de roue dès le baisser de drapeau peu avant LUMES. Il est vrai que le soleil retrouvé, après les deux derniers jours perturbés par une météo hivernale, incitait le peloton des 113 rescapés à aller de l'avant.

Beaucoup de mouvements et tentatives avortées émaillaient le début d'étape où par moments la vitesse atteignait les 60 km/h sur le plat. Aux abords du trentième kilomètre, entre GERNELLE et LA GRANDVILLE, cinq coureurs parvenaient enfin de pouvoir se porter à l'avant : les belges Gil GELDERS (Bingoal-Pauwels Sauces WB Development Team) et William junior LECERF (Lotto-Soudal Development Team), l'irlandais Darren RAFFERTY (Hagens Berman Axeon), le canadien Charles-Etienne CHRETIEN (Premier Tech U23 Cycling Project) et le français Aloïs CHARRIN (Swiss Racing Academy).

Leur avance montait rapidement à 1'15 (km 38 à l'entrée de GESPUNSART) et ils bouclaient de concert une première heure où 44,9 kilomètres venaient d'être couverts. Le quintet pouvait négocier ensemble la première ascension de la côte d'AIGLEMONT au pied de laquelle et dans le peloton, le maillot jaune et vainqueur sortant Lucas ERIKSSON (Riwal Cycling Team) était victime d'une crevaison roue arrière. Ses équipiers qui faisaient alors le tempo levaient le pied et le leader réintégrait seul le paquet aux abords du virage de l'église peu avant le sommet. Cet incident sans conséquence permettait aux fuyards de compter 1'30'' à la sortie d'AIGLEMONT.

Les Riwal Cycling Team reprenaient alors les rênes de la poursuite et le chronomètre affichait 1'05'' au pied de la côte de la rubrique à BOGNY-SUR-MEUSE (km 68,6). Cette ascension sonnait le glas de l'échappée car la perspective de bonifications au sommet en motivait plus d'un derrière. La jonction s'opérait à un kilomètre du sommet sous l'impulsion également du Development Team DSM. Passant en seconde position en haut, Lucas ERIKSSON s'allouait deux secondes supplémentaires d'avance au général provisoire.

Si le canadien CHRETIEN ressortait après le sommet et abordait le pied de la seconde ascension d'AIGLEMONT avec un pécule de vingt-cinq secondes, il était repris à 500m du sommet littéralement à l'arrêt.

Une nouvelle échappée prenait corps à LA GRANDVILLE (km 87) avec trois U23 : le néerlandais Pepijn REINDERINK (Development Team DSM), l'italien Lorenzo GERMANI (Groupama-FDJ) et le canadien Carson MILES (Premier Tech U23 Cycling Project). Il passait une première sur la ligne d'arrivée à CHARLEVILLE-MEZIERES avec cinquante secondes sur le peloton (km 100,9). Un quatrième espoir, l'helvète Nils BRUN (Swiss Racing Academy) se joignaient à eux au deuxième passage sur la ligne d'arrivée après un bel exercice solitaire (km 125,2). Il était imité par un cinquième espoir, l'australien Rudy PORTER (Trinity Racing) qui opérait la jonction à l'église d'AIGLEMONT (km 130) : le peloton contrôlé par l'omniprésent Elmar REINDERS, vainqueur mercredi à SIGNY-LE-PETIT et équipier de Lucas ERIKSSON, était à ce moment à quarante-cinq secondes.

MILES perdait le contact à GERNELLE (km 137), REINDERINK et PORTER dans la troisième montée de ROMERY (km 144,5). Du peloton revenu à vingt secondes s'extrayait l'italien Marco FRIGO (Israel Cycling Academy). Il revenait sur le tandem BRUN-GERMANI juste avant de repasser sur la ligne (km 149) et d'aborder la dernière des trois finales. Le trio comptait à cet instant trente-cinq secondes sur le peloton.

Les deux italiens lâchaient BRUN dans l'ultime ascension de ROMERY, où le leader Lucas ERIKSSON était victime d'un second incident. En quatrième ou cinquième position dans le peloton, il était obligé de ralentir et contourner son équipier Mathias BREGHNOJ victime d'un accrochage avec Alex BAUDIN (Swiss Racing Academy) : il se retrouvait alors en avant dernière position d'un groupe d'une trentaine d'unités emmené par le Development Team DSM. Serein, il ne s'affolait pas. 

Plus incisif, FRIGO se portait seul aux commandes en vue du sommet et dévalait ensuite sur CHARLEVILLE-MEZIERES avant d'entamer le raidard des derniers hectomètres. Vainqueur d'étape la saison passée sur la Ronde de l'Isard (UCI 2.2 U23) et onzième du classement final du Tour de l'Avenir qui s'était élancé de la préfecture ardennaise, Marco FRIGO s'offrait une victoire au panache après avoir souffler le show dans les derniers kilomètres et crevé l'écran lors de la retransmission télévisée sur la chaîne Sport en France.

Quant à Lucas ERIKSSON, il s'adjugeait sans avoir réellement tremblé cette 47e édition, la seconde en l'espace de six mois : série en cours....Le néo-zélandais Ruben THOMPSON (Groupama-FDJ) et le tchèque Dominik NEUMAN (Elkov-Kasper) complétant le podium final.

Les classements complets de cette 4e étape ''trophée CERAMIC ARDENNE-Espace AUBADE'' parrainée par ARDENNE METROPOLE sont à consulter ICI

Le live écrit de DirectVelo est à relire ICI.

La réaction du vainqueur de cette dernière étape Marco FRIGO (Israel Cycling Academy) est , d'autres réactions recueillies par DirectVelo sont ICI.

Le reportage photographique de la quatrième et dernière étape est ICI.

 

Partager cet article

Repost0
- dans Archives 2022

Après une deuxième étape raccourcie hier à cause des fortes rafales de vent annoncées, c'est l'épisode neigeux de ce vendredi qui a eu raison du déroulement de la troisième étape entre CARIGNAN et l'Ermitage de SAINT-WALFROY.

Pourtant ce trophée ''DUMONT Cabinet d'Expertise Comptable'' également parrainé par la Communauté de Communes des Portes du Luxembourg promettait d'être animée et spectaculaire avec d'abord l'ascension de la fameuse côte de BULSON (km 56) puis l'inédite montée finale à négocier à quatre reprises.

Mais voilà, comme la veille, les conditions météorologiques auront eu raison de la fougue et motivation du peloton des 118 qui s'élançait en fin de matinée. De copieuses averses froides avaient rythmé la présentation des équipes et les coureurs partaient emmitouflés sous une pluie battante.

Pas de quoi refroidir les velléités de certains, parmi lesquels l'ardennais de La Grandville Timothé GABRIEL (VCU Schwenheim), initiateur de l'échappée qui allait ouvrir la route jusqu'au sommet de BULSON. Ils étaient alors précisément sept aux commandes, avec aussi : Charles-Etienne CHRETIEN (Premier Tech U23 Cycling Project), Alexis GUERIN (Team Vorarlberg) seul rescapé de son équipe, Yuval BEN MOSHE (Israel Cycling Academy), Richard LARSEN (Sélection Nationale Suède), William ROBERTS (Wales Racing Academy) et Max WALKER (Trinity Racing). Leur avance allait grimper à deux minutes (km 25,7) quelques kilomètres avant BEAUMONT-EN-ARGONNE. L'échappée n'amusait pas la galerie en parcourant 41,5 kilomètres durant la première heure.

Pendant ce temps la pluie continuait à tremper les coureurs jusqu'aux os et surtout les refroidir car le thermomètre plongeait pour afficher 1,5 degré dans la montée de BULSON. Là, la neige s'invitait à gros flocons et les coureurs transis grelotaient de plus en plus. Une floppée d'abandons tombait sur les ondes de radio tour : une quinzaine en l'espace de vingt kilomètres. Il devenait de moins en moins possible humainement de continuer à envisager une étape complète.

 

Alexis GUERIN, dernier échappé à être revu par le peloton

Dans un premier temps, une concertation entre le président du collège des arbitres et l'organisation débouchait sur une arrivée directe à SAINT-WALFROY, sans effectuer les trois boucles finales, soit 112 kilomètres au total; la course se trouvait alors au km 66 après l'ascension de la côte de RAUCOURT et le chemin jusqu'à la ligne paraissait alors une éternité. 

Il restait une cinquantaine de bornes et compte tenu des conditions météorologiques qui s'aggravaient (l'information de l'enneigement de l'ascension finale avec là-bas un ciel complètement bouché), il était sagement décidé de neutraliser le peloton frigorifié au km 70 pour rejoindre CARIGNAN, lieu de départ, et stopper l'étape au km 84.

Les coureurs s'engouffraient alors dans la salle des fêtes qui avait servi de permanence et de lieu de restauration pour les bénévoles en fin de matinée, pour enfiler des vêtements secs et surtout se réchauffer car beaucoup se trouvaient au bord de l'hypothermie. 

Sportivement, l'étape est annulée avec toutefois les trois passages disputés du classement de meilleur grimpeur effectivement conservés et le départ possible demain de l'ensemble des coureurs ayant abandonné durant cette journée qui restera dans les mémoires et la riche histoire du Circuit des Ardennes International. Evidemment Lucas ERIKSSON reste en jaune avant la dernière étape, télévisée dans ses quatre-vingt derniers kilomètres et où le spectacle devrait être au rendez-vous.

Le communiqué du jury des arbitres et de l'organisation est ICI.

Les différents classements généraux sont ICI.

Le reportage photographique du jour est ICI.

 

Partager cet article

Repost0
- dans Archives 2022

Compte tenu des conditions météorologiques catastrophiques ce matin et les fortes rafales de vent annoncées sur le coup de 15h, la sage décision de raccourcir la deuxième étape BAZEILLES-SEDAN, pour l'intégrité physique des coureurs et des raisons évidentes de sécurité a été prise un quart d'heure avant le départ par l'organisation et le collège des arbitres.

La distance réduite de 133,7 kilomètres à 92,5 kilomètres laissait augurer un déroulement encore plus nerveux, et effectivement il ne faisait pas bon lanterner en queue du peloton des 139 partants dès le baisser de drapeau, qui plus est, avec des vannes célestes grandes ouvertes. La perspective du sprint-bonus de FRANCHEVAL (km 5) ne refroidissant pas les ardeurs des coureurs sur ce ''trophée BELLEVUE CARRELAGE'' parrainé par ARDENNE METROPOLE.

L'échappée du jour, qui ira à son terme, se développait dès le treizième kilomètre à GIVONNE avec d'abord la sortie du champion de Tchéquie Michael KUKRLE (ELKOV-KASPER) puis le renfort un peu plus loin de l'espoir belge Liam SLOCK (Lotto-Soudal Development Team) dans la première des quatre ascensions de l'abrupte tranchée de DAIGNY.

Emaillée comme la veille de quelques chutes, cette deuxième étape aura surtout confirmé, si besoin était, que la formation danoise Riwal Cycling Team demeure la patronne du peloton de cette 47e édition.

D'abord rincés par la pluie omniprésente, la plupart des concurrents ont été essorés par le rythme dicté par le vainqueur sortant Lucas ERIKSSON et ses précieux équipiers dans les ascensions à répétition (trois) de la côte de la Garenne entre SEDAN et ILLY, puis de la côte de la douane entre SAINT-MENGES et la frontière franco-belge, derrière les deux fuyards.

Bien sûr les Swiss Racing Academy, absents la veille du bon groupe qui se jouait la victoire à SIGNY-LE-PETIT, et les Groupama-FDJ emmenés par un fringant Romain GREGOIRE ont également pris une part active dans les débats en tête de peloton lors des différentes montées, mais sans jamais pouvoir mettre en difficulté les frères Lucas et Jacob ERIKSSON et leur équipier Mathias BREGNHOJ omniprésents.

Liée, par des intérêts communs d'effectuer un rapproché au classement général en plus de pouvoir lorgner vers un succès d'étape et vers de potentiels maillots de leader de classements annexes, la paire KUKRLE-SLOCK ne ménageait pas ses efforts et livrait une belle résistance pour rallier de concert l'arrivée au nez et à la barbe des rescapés du peloton, en ayant compter une avance maximale d'une minute et vingt-cinq secondes.

Le tchèque Michael KUKRLE se détachait irrésistiblement dans les trois cents derniers mètres (et la pente moyenne de 8,6%) pour aller décrocher un succès de prestige, lui qui vient de resigner fin mars chez ELKOV-KASPER après une courte aventure chez GAZPROM-RUSVELO stoppée nette par les événements que l'on sait. Liam SLOCK deuxième du jour devient le nouveau leader des grimpeurs, alors que Lucas ERIKSSON impressionnant de force et d'aisance dans les tous derniers hectomètres allait chercher la troisième place, synonyme d'une prise de pouvoir et de maillot jaune.

Les classements complets du jour sont à consulter ICI.

Le live écrit DirectVelo est à relire ICI. La réaction de Michael KUKRLE est ICI; celles de Lucas ERIKSSON et d'Axel BAUDIN (6e d'étape) sont ICI.

L'album photographique du jour est ICI.

Michael KUKRLE vainqueur à SEDAN

le vainqueur sortant Lucas ERIKSSON prend goût au maillot jaune à SEDAN : il avait gagné ici la première étape l'an passé pour remporter ensuite l'épreuve, et là il succède à son équipier Elmar REINDERS au général provisoire.

Partager cet article

Repost0
- dans Archives 2022

Suivez toutes les étapes en live sur le net

 

 

Suivez nous sur Facebook, Twitter et Instagram